• mobilis
  • triemploi
  • bms
  • siel
  • dentex
Secteur des hydrocarbures : La pétrochimie dynamise les investissements en Algérie

Secteur des hydrocarbures : La pétrochimie dynamise les investissements en Algérie

Rédigé par F. A. / Energie / lundi, 19 juillet 2021 10:37

Développement. L’industrie pétrochimique s’est imposée depuis quelques années comme le plus important générateur de devises pour certains pays. Les besoins sont sans cesse grandissants sur un marché solide avec de bonnes perspectives.

Pour l’Algérie, l’impératif est de rentabiliser davantage son secteur des hydrocarbures à travers le développement de la filière pétrochimie à travers Sonatrach qui met le paquet ces derniers temps pour le développement de ce secteur névralgique, surtout avec la baisse des prix des hydrocarbures.

Des négociations sont en cours avec des sociétés étrangères pour le lancement de plusieurs mégaprojets dans le domaine de la pétrochimie. On peut citer le lancement de la réalisation d'un projet de deux unités, pris en charge par Sonatrach, pour la production de substances pétrochimiques nécessaires à l'industrie nationale, à savoir une unité de production de 200.000 tonnes/an de méthyl tert-butyl éther dans la zone industrielle (ZI) d'Arzew, en sus d'un complexe de production de 100.000 tonnes/an d'alkybenzène linéaire au niveau de la ZI de Skikda.

Quant au premier projet, les études architecturales fondamentales ont été achevées, selon le ministère de l’Energie. L'appel d'offres pour la sélection du promoteur a été lancé en mars dernier. S'agissant du deuxième projet sis à la zone industrielle de Skikda, les études architecturales ont été effectivement lancées, selon le ministère qui a indiqué que « toutes les ZI seront mobilisées pour assurer un lancement rapide des projets relatifs à l'industrie pétrochimique ». Il y a également la réalisation d'une unité de production d'une capacité de 1,3 million de tonnes/an d'ammoniac et de 2,3 millions tonnes/an d'urée à Arzew (Oran) dans le cadre d'un partenariat entre le Groupe Sonatrach et le Groupe Bahouane d'Oman, outre la réalisation d'une nouvelle usine à Arzew Sorfert créée au titre d'un partenariat entre Sonatrach et la compagnie hollandaise OCI d'une capacité de 1,5 million de tonnes/an d'ammoniac et 1,1 million de tonnes/an d'urée.

A la faveur de ces deux usines importantes, la capacité de production actuelle de l'Algérie en matière d'urée a atteint 3.448.500 de tonnes/an, précise le ministre. Néanmoins, les experts reconnaissent que certains mégaprojets accusent un retard en raison de leur nature « complexe » qui exige de longs délais de réalisation et une haute expertise technologique, dont dispose un nombre réduit de compagnies étrangères, et partant, ils ne sauraient être réalisés qu'en partenariat avec ces dernières.

Face à ces difficultés, la maturité des projets et les négociations y afférentes exigent des délais de réalisation importants, allant de 2 à 3 années. Dans son nouveau rapport sur les perspectives du secteur dans la région, l’APICORP montre qu’au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, les pôles de croissance du secteur énergétique sur les cinq prochaines années sont la pétrochimie et l’électricité.

Sur la période 2021-2025, les investissements énergétiques devraient grimper à 805 milliards de dollars dans la région Mena, estime l’APICORP, la Banque multilatérale de développement de l’organisation des pays arabes exportateurs de pétrole (OPAEP). Ce sont 13 milliards de dollars de plus que les investissements des cinq dernières années.

TAGS

Please publish modules in offcanvas position.