Imprimer cette page

Nidhal Guessoum : Comment réconcilier l’Islam et la science moderne ?

Homme de sciences et grand théologien, professeur de renommée mondiale, actuellement professeur de physique et d’astronomie à l’Université américaine de Charjah, aux Emirats Arabes Unis, dont il est aussi le vice-doyen, l’Algérien Nidhal Guessoum, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est spécialiste des questions liées à la science, à l'éducation et à l'Islam. Il est l'auteur ou le co-auteur de plusieurs ouvrages (en arabe, en français et en anglais), comme l’un des plus célèbres : la question quantique de l'Islam: réconcilier la tradition musulmane et la science moderne (IB Tauris, 2011).

Il a assuré également des cours au sein de nombreuses illustres universités, dont Cambridge, Oxford, Cornell, Wisconsin-Madison, pour ne citer que celles-là. D’autre part, sa compétence avérée dans le domaine qu’il maîtrise avec beaucoup de talent et d’intelligence, génie intellectuel, l’a propulsé au-devant des différents plateaux de grandes chaînes de télévisions et de plusieurs médias internationaux, à l’image d’Al-Jazzera, la BBC, NPR, France 2, Le Monde,...

Récemment, Nidhal Guessoum a présenté les observations faites par l’Initiative pour la science dans le monde musulman (MLWSI – Muslim World Science Initiative) et de son groupe de travail, dont l’objectif est de proposer une réforme des universités du monde musulman, particulièrement à la traîne sur le plan international. En partenariat avec le site islamscience. net, «les universités sont, au carrefour de la recherche, de la pensée critique et du libre débat, le lieu où la prochaine génération doit non seulement être confrontée aux faits et aux théories établis, mais doit aussi apprendre à disséquer les idées, à identifier leurs défauts, afin de contribuer à enrichir et à étendre notre base de connaissances », a-t-il expliqué.

Fervent adepte de la théorie sur la réconciliation de l’Islam et la science moderne, il n’a jamais cessé de faire comprendre aux divers auditoires des universités internationales qu’une meilleure compréhension des différents problèmes et des remèdes disponibles permettrait à la science de s’épanouir à nouveau en Islam, ce qui aurait, pour les économies et les sociétés concernées, des avantages considérables. Sur un autre registre, le docteur Guessoum s'intéresse parallèlement aux questions qui fâchent : Islam, Big Bang et Darwin. Si la première ne pose pas de problème particulier au Chrétien, c'est d'ailleurs un moine qui l'a découverte, la seconde fait plus débat. Dans son livre, on gagnerait à lire l'étude de l'auteur, car ce qu'il dit pour l'Islam vaut ici pour le Christianisme, il fait d'ailleurs souvent appel à des savants chrétiens.

A un âge séculaire de plus en plus façonné par la découverte scientifique et l'autorité des institutions religieuses sans doute en déclin, la religion et la science sont souvent considérées comme des opposés polaires. Quand la science est confondue avec la «raison» et la religion avec la «foi», comment les jeunes musulmans peuvent-ils naviguer dans ces deux sphères et devenir des croyants qui sont encore rationnels et avant-gardistes ? Dans ce livre révolutionnaire, Nidhal Guessoum explore l'une des questions les plus pressantes de notre temps, montrant comment il est possible de comprendre les enseignements religieux en harmonie avec la science moderne sans sacrifier l'un ou l'autre. Le débat est toujours ouvert…

Partager cet article