Imprimer cette page

Négligé depuis l’indépendance : Comment relancer le tourisme interne ?

Relance. C’est devenu un véritable phénomène en Algérie et particulièrement au niveau de la capitale : la multiplication de la construction des établissements hôteliers. Le résultat est plutôt satisfaisant, d’un niveau d’au moins trois étoiles.

Parallèlement à ce phénomène, l’on assiste à l’ouverture de plusieurs dizaines de restaurants, à n’en juger que par les promotions publicitaires au niveau de la presse écrite ainsi que sur les réseaux sociaux. Restaurants qui proposent non pas des menus rapides auxquels nous sommes accoutumés, mais bien de véritables établissements gastronomiques.

Un bon début pour la relance du tourisme interne en Algérie, d’autant plus que l’on est en train d’assister parallèlement, au niveau des réseaux sociaux qui sont les médias les plus utilisés, à des promotions intéressantes de séjours, pour la découverte et la détente, et à des prix à la portée de tous ; que ces séjours soient d’une semaine, de dix jours ou pour un simple week-end. Des propositions que l’on ne voyait pas jusqu’à récemment.

Le tourisme interne était présenté, il y a quelques années de cela et bien avant l’apparition de la crise actuelle liée à la chute des prix du pétrole, comme une alternative de choix pour faire barrage aux effets de la crise mondiale de 2008. Il en va de même pour la préparation de ce secteur à l’ouverture à l’international. Si l’alternative de la diversification des ressources de l’économie algérienne doit se faire, entre autres, par le biais du secteur du tourisme, il faudrait qu’elle soit déjà attrayante pour les Algériens eux-mêmes.

Le fait est que le citoyen algérien est un client exigeant en matière de vacances, de séjours et de choix gastronomique. Cette tendance est effectivement nouvelle, mais elle a pris énormément d’ampleur à partir du moment où la demande s’est faite sur les marchés étrangers, lorsque les Algériens ont commencé à prendre goût pour d’autres pays, à l’instar de la Tunisie, qui fait fureur grâce à un rapport qualité/prix imbattable, la Turquie, le Maroc, le sud de l’Espagne, etc.

Les modèles que l’on voyait exclusivement sous d’autres cieux commencent donc à émerger en Algérie : hôtels de luxe, restaurants de qualité en termes d’accueil, de convivialité et de qualité de service, séjours itinérants, belles destinations à visiter, et toutes sortes de formules toutes aussi originales les unes que les autres ; tous les ingrédients pour une relance du tourisme interne. Le seul reproche qui peut être fait à ce niveau, c’est bien les tarifs, qui restent relativement chers, en comparaison avec ce qui se fait en Tunisie, par exemple, les prix sont considérés comme étant élevés par rapport à la qualité de service fournie, les Algériens préfèrent nettement préparer leurs passeports et remplir leurs réservoirs d’essence pour traverser les frontières, et ce, pour un coût inférieur.

Est-ce une problématique de coût ? Rien ne permet de l’affirmer ou de l’infirmer. Une chose est certaine, une nuitée dans un hôtel de classe trois étoiles équivaut à une nuitée dans un quatre étoiles, voire cinq chez nos voisins.

Une révision des prix est à envisager si le tourisme interne fait partie de la stratégie de développement du secteur du tourisme comme une première étape avant la grande ouverture.

La destination Algérie commence à susciter de l’engouement chez des étrangers qui en font même la promotion à la place de ceux qui sont censés la faire parmi les agences, établissements et autres. Ceci soulève une question importante à propos de la promotion de la destination Algérie. Si défaillance il y a, c’est bien sûr la question de la promotion et de la communication ; dans tous les médias audiovisuels, écrits ou en ligne, il n’y a aucune publicité qui fait l’éloge d’une destination donnée, si ce n’est quelques promotions pour des établissements hôteliers ou de loisirs, ou bien des reportages qui font les louanges de régions et qui n’ont de relation avec de la promotion que de façon accidentelle.

Depuis l’année 2015, les instances gouvernementales ne cessent de faire des déclarations qui vont dans le sens de l’adoption de stratégies pour la relance du tourisme interne afin d’inverser la tendance, en garantissant l’accompagnement et la prise de mesures nécessaires à même de favoriser cette relance.

dossier à suivre…

Partager cet article