Imprimer cette page

Mouloud Kheloufi, Président de l'Association générale des entrepreneurs algériens : «Nos propositions de sortie de crise sont crédibles»

Mouloud Kheloufi, Président de l'Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA) croit dur comme fer que les douze suggestions émises par son organisation en direction du chef du gouvernement sont en mesure de solutionner bon nombre de problèmes vécus par une majorité d’entreprises algériennes, notamment celles qui activent dans le secteur du bâtiment.

L’ACTUEL : En 2018, quel est le nombre d’adhérents que regroupe l’Association générale des entrepreneurs algériens en son sein ? Aussi peut-on affirmer que la majorité des opérateurs activent dans le secteur du bâtiment ?

Mouloud Kheloufi : En ce début d’année 2018, l’AGEA compte pas moins de 900 adhérents, dont la majorité active dans le secteur du BTPH. Cependant, ce chiffre ne reflète pas la réalité de la situation actuelle lorsqu’on parle du nombre exact des membres adhérents du fait que plusieurs entreprises ont changé d’activité, voire de secteur.

Un vieil adage dit «Quand le bâtiment va, tout va». Vu la situation actuelle des activités liées au domaine du bâtiment, comment se présente la conjoncture ?

A l’instar des autres secteurs économiques, celui du bâtiment n’est pas épargné par la crise qui affecte le pays. Le premier signal de cette inquiétude demeure les différents chantiers à l’arrêt à cause du manque de ressources budgétaires. La cause de la faiblesse de ces ressources budgétaires est la baisse drastique des revenus pétroliers. Toutefois, il y a des efforts fournis par les pouvoirs publics pour améliorer cette situation. Nous citons comme exemple le gré à gré qui est accordé aux entreprises algériennes. Ceci est, à notre avis, un espoir et un indice fort donné par les pouvoirs publics.

L’Agea a transmis en début d’année au gouvernement une série de propositions ayant trait à l’amélioration du secteur du BTPH ; quelles sont les principales suggestions qui ont été formulées dans ce sens ?

Effectivement, les douze propositions faites par l’AGEA au gouvernement sont toutes importantes. Ceci étant, nous félicitons et nous remercions le gouvernement pour l’importance qu’accorde ce dernier aux propositions de l’AGEA et à l’entreprise algérienne en général. Pour répondre aux recommandations de la tripartite du 23 décembre 2017, consacrée à la signature de la charte du PPP, nous avons eu l’honneur de soumettre à l’adresse du chef de l’Exécutif 12 suggestions de l’AGEA en rapport avec le contexte et la situation économique actuelle du pays, lesquelles sont énumérées comme suit :

1/Au sujet de la promotion immobilière : afin de mettre un terme ou du moins atténuer grandement la spéculation dans le marché de la location, il y a lieu d’encourager l’entreprise nationale à construire des habitations destinées pour 50% à la location et 50% à la vente. La nouveauté portera sur le prix de location qui ne dépasserait pas le SNMG. Le moteur et facteur principal de la réussite de ce processus est la facilitation à l’entreprise nationale de l’accès au foncier par un mécanisme d’acquisition auprès des walis via une structure mixte, Etat-entreprise, chargée de manager ce dossier et d’éclater tous les verrous qui viendraient à entraver sa réussite.

2/Au sujet des bureaux d’études techniques : les études et les missions de conception et de suivi des projets de l’Etat devraient être confiées à des BET algériens par des concours d’architecture ou concours de projet. Ces BET algériens dotés de ressources humaines et techniques d’une qualité mondiale sont les seuls à même d’adapter leurs oeuvres aux spécificités architecturales/urbanistiques locorégionales de chaque contrée de notre pays/continent.

3/Zones d’activités exclusives du BTPH au niveau des wilayas : mettre en place un mécanisme, au titre de concession ou tout autre mécanisme assimilé, pour la mise à disposition de zones d’activité du BTPH par wilaya. Ce qui permettra de regrouper les entreprises du BTPH et disposer d’espaces pour leurs équipements et autres centrales à béton ou à enrobé. Ce processus permettra aussi de cartographier facilement le secteur du BTPH. La réalisation de ces zones se fera en collaboration de partenariat avec les bénéficiaires en phase de réalisation et exploitation.

4/Au sujet de la short-list concernant la préférence nationale à 25% : nous souhaitons l’annulation pure et simple de la short-list et de revenir au code des marchés publics avec la préférence nationale à 25%. Cette short-list prévue pour la réalisation du programme de logements a vu ses limites, sa suppression permettra aux entreprises nationales de bénéficier des marchés publics pour leur survie vu la situation économique du pays.

5/Inclure l’AGEA dans les commissions de wilaya : doter l’AGEA d’un siège permanent au niveau de chaque commission nationale et de wilaya chargée des marchés et de l’investissement en rapport avec le BTPH et accompagner de ce fait les entreprises porteuses de projets et leur permettre de se sentir soutenues.

6/Mise en place d'un observatoire national pour la PME/PMI/TPE : cet organisme, qui fera que l’entreprise algérienne survivra aux personnes, responsables et propriétaires d’entreprises, veillera à la pérennité de l’entreprise algérienne et ses travailleurs. L’entreprise algérienne étant un patrimoine de l’Etat, ce dernier doit de ce fait la préserver et veiller à sa pérennité en solutionnant ses problèmes et en lui assurant un plan de charge.

7/Suivi local des décisions des tripartites : suivi local par un organisme sous l’égide du wali en personne, représentant au niveau de sa wilaya de Son Excellence Monsieur le président de la République, chargé de l’exécution des décisions des tripartites, surtout les deux dernières : le «pacte économique et social de croissance» et la «charte du PPP». Cet organisme de suivi, qui comprendra les représentants de la tripartite, se réunira de façon ordinaire une fois par mois et transmettra le PV de réunion aux membres de la tripartite.

8/Formation continue de nos ressources humaines et orientation des nouveaux diplômés : ceci dans le but d’améliorer les performances et le rendement de nos managers et de leurs employés dans le cadre de la charte du PPP au niveau des centres de formation des grandes entreprises étatiques stratégiques ainsi que des centres de formation dépendant du ministère de la Formation professionnelle. D’autre part, et pour adapter les formations de l’université et des centres de formation professionnelle ayant trait au secteur du BTPH, il y a lieu d’encourager les rencontres biannuelles des ministères de la Formation professionnelle et de l’Enseignement supérieur avec l’AGEA dans le but de soumettre les besoins du secteur en ressources humaines adaptées aux besoins du marché de l’emploi et de ce fait ne pas former des diplômés chômeurs. L’ouverture de l’université aux associations patronales ne sera que bénéfique à l’économie du pays.

9/Rôles des banques dans l’accompagnement des entreprises du BTPH : mettre en place des mécanismes sérieux et viables d’implication effective des banques leur permettant de s’investir pour accompagner les entreprises dans la réalisation et le suivi des projets de construction. L’un des grands bénéfices sera d'éviter les retards de livraison des projets et le maintien de l'outil national de production.

10/Au sujet du contrôleur financier de la wilaya : il ne faudrait plus que ce respectable employé de l’Etat soit un outil de blocage dans les paiements des situations/factures des entreprises du BTPH ; cette situation, les entreprises la subissent lourdement comme une énorme contrainte dans leur relation avec l’administration. A notre sens, le contrôleur financier devra contrôler le marché avant sa signature et donner son aval quant au respect des dispositions financières règlementaires. S’il venait à s’opposer pour ne pas dire bloquer des situations/factures des entreprises du BTPH, il devra sous 48 heures faire part de ses réserves valables pour permettre à l’entreprise de les lever dans les plus brefs délais et permettre leur paiement.

11/Circuit de paiement des factures des entreprises : au niveau local et national, le ministère des Finances devra mettre en place un système/circuit de paiement des factures des entreprises du BTPH tout aussi efficace. Ce système devra être en même temps strict pour garantir les droits de l’administration et souple pour pouvoir payer les entreprises dans les temps conclus.

12/Mise en oeuvre rapide des textes d’application du PPP : accélérer la mise en place, la diffusion et l’exécution rapide des textes d’application, permettant l’exécution et la mise en oeuvre rapide des recommandations de la charte du PPP.

En tant que premier responsable de l’AGEA, vous avez procédé à la signature de la charte du partenariat public-privé au nom de l’AGEA à la 22e tripartite tenue le 23 décembre 2017 au siège de l’UGTA, à Alger. Néanmoins, l’exécution et la mise en oeuvre des recommandations de cette charte PPP demeurent soumises à la seule approbation du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Est-ce que cette instruction ne remet pas en cause le principe même de cette charte ?

Effectivement, l’AGEA a signé conjointement la charte du partenariat public-privé (PPP) en date du 23 décembre 2017, et le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, lui donne une force institutionnelle pour qu’elle soit discutée et exécutée dans la plus grande transparence. Comme nous l’avons bien souligné dans notre plateforme de propositions, nous recommandons la mise en oeuvre rapide des textes d’application du PPP : accélérer la mise en place, la diffusion et l’exécution rapide des textes d’application, permettant l’exécution et la mise en oeuvre rapide des recommandations de la charte du PPP.

L’AGEA sera présente au prochain Salon international de la construction et des infrastructures (INTERMAT) qui se déroulera du 23 au 28 avril 2018 à Paris. Dans ce cadre, peut-on connaître le programme de votre participation ?

Notre participation concerne la recherche d’équipements de qualité servant à la réalisation de nos différentes structures, telles que les routes, le logement… Il s’agira également de s’informer des nouveautés technologiques en matière d’équipements et de processus qui seront présentées lors de cet évènement.

Partager cet article